Header Ads

LightBlog

Comment choisir sa canne pour pêcher au feeder ? Notions de base


Je vous parle depuis un moment de la pêche au feeder, mais je n’ai jamais vraiment abordé précisément la question du choix de la canne. C’est pourtant fondamental et ne dit-on pas qu’un bon ouvrier a de bons outils ?

Mise à jour juin 2014 : Pour la suite de l'article et passer en mode "expert", cliquez sur le lien suivant : Le choix d'une canne au feeder - notions avancées !

Choix de la puissance

Tout commence par les lieux de pêche que vous pratiquez d’habitude : rien ne sert d’utiliser un canon de 300mm là où un fusil 9mm convient, si vous voyez ce que je veux dire.
Plusieurs exemples valent mieux qu’un long discours :
  1. Je pêche surtout en étang et en lac. Je lance rarement à plus de 40m >> Action light à medium (jusqu’à 70-80g)
  2. Je pêche parfois en étang, mais surtout en rivière à courant lent et dans des canaux. Je lance rarement à plus de 40m >> Action medium (70-100g)
  3. Je pêche surtout en rivière et en fleuve à courant fort. Je pêche souvent entre 40 et 60m du bord >> Action heavy à extra-heavy (110 à 150g)
  4. Je suis un pêcheur extrême : j’aime les courants forts et les rivières ou fleuves profonds et je jette souvent à plus de 60m >> Action extra-heavy (150-200g)

Les cannes spéciales

  1. Pour le barbeau : ces cannes très spéciales sont fournies avec des scions très différents. L’un fait que la canne soit comme une canne carpe de 1.75lbs munie d’une action plutôt de pointe ; l’autre se termine comme celui d’une canne au feeder heavy. Elles permettent bien-entendu de pêcher autre chose que des moustachus du fait de leur polyvalence.
  2. Le winkler-picker : elles sont des cannes très fines de maximum 3m pourvues de scions en fibre de verre ultra-sensibles. Leur action est plutôt progressive et leur puissance limitée à 30g maximum. Elles sont très utiles pour les pêches fines et rapides !

Choix de l’action

Selon les lieux où vous pêchez, votre canne ne sera pas tout à fait la même :
  1. Plus la canne est courte, le courant faible (voire nul) et la distance rapprochée, plus l’action de la canne doit être douce (semi-parabolique à parabolique)
  2. Plus la canne est longue, le courant fort et la distance importante, plus l’action doit être de pointe.

En d’autres termes, pour la Meuse et le canal Albert, prenez une action de pointe. Le talon de la canne ne doit pas plier (ou très peu), c’est nécessaire pour lancer loin et résister au courant.
Les actions light sont quasiment toujours très progressives (paraboliques) alors que les cannes extra-heavy sont toujours pourvues d’un blank très raide et d’une action prononcée de pointe.
Mise à jour de juin 2014 : Les cannes sont de plus en plus souvent conçues pour être utilisées avec de la tresse. Dans ce cas, l'action sera un peu plus progressive que celle des cannes "faites pour le nylon". Un peu de souplesse ne fait pas de mal ! 

Choix du scion

Le choix du scion n’est pas nécessairement quelque chose de naturel pour nous. On se dit que, normalement, il devrait être proportionnel au poids lancé et l’on aurait … TORT !
Le scion obéit à 1 loi : s’il est plié à 90°, il n’indique plus la touche !
Il se doit donc d’être à peine courbé. En cours de pêche, si les conditions se modifient, n’hésitez jamais à changer le scion de votre canne par un plus dur ou un plus souple, sinon, vous ne verrez pas les touches.

Un exemple à suivre pour les différents fabricants : Drennan propose des scions d'actions et de puissances différentes compatibles avec toutes leurs cannes !

Le choix du scion dépend de 2 paramètres :

  1. Le poisson recherché
  2. Le courant et/ou le vent

Pour des poissons difficiles (brèmes, tanches, gardons chipoteurs …) et en eau au courant lent, voire nul, préférez les scions en fibre de verre, plus sensibles et progressifs que les scions carbone à puissance égale.
Pour des eaux vives, par vent fort et/ou en présence de poissons francs et nerveux (barbeaux, chevesnes, gardons, …), utilisez des scions en carbone.
RQ : les cannes actuelles sont très bien conçues et possèdent souvent deux ou trois scions. Les plus souples seront en fibre de verre et les plus durs en carbone. Cela facilite grandement le choix !

Les anneaux

Une canne feeder possède généralement entre 10 et 17 anneaux, selon sa longueur. Ceux-ci ont intérêt à être de bonne qualité pour garantir une bonne glisse du fil ou de la tresse et ne pas s’user.

Les détails qui comptent

Sans être nécessaires, les détails qui suivent sont utiles :
  1. Un fourreau de protection : il sera si possible épais et rigide.
  2. Un anneau accroche-hameçon à la base de la poignée est toujours utile.
  3. Un tube de rangement pour les scions sera en plastique rigide.

Mes modèles préférés

J’ai un faible pour les productions de chez Shimano car, pour le même prix, on a très difficilement mieux : 69€ pour une Powerloop 12’’ heavy, c’est donné  (prix chez un vendeur bien connu), vu le soin avec lequel elle est montée et la qualité des matériaux !! Je vous la recommande chaudement !!
Pour ma part, j’ai quelques cannes de puissances différentes :
  1. une Shimano Technium 12’’ Heavy de 2000, vieille mais toujours aussi parfaite. C’est d’elle dont je me sers le plus souvent
  2. une Ultimate The Beauty 12’’ Heavy de 2001, un peu plus souple que la Technium
  3. une Shimano Beastmaster Barbel Power de 1.75lbs : fabuleuse canne spécialisée (6 cannes en 1 !). Le jour où je l’ai reçue, j’étais comme un enfant qui reçoit son premier vélo. C’est une vraie merveille sur tous les points
  4. une Bifa 13’’ medium en IM8 pour pêcher loin, mais finement
  5. une winkler-picker DAM de 1997

Mise à jour juin 2014 : Bien choisir sa canne est fondamental, mais il faut aussi lui adjoindre un moulinet adapté ! Toutes les informations à propos du choix du moulinet sont ici. Il suffit de cliquer !

Vous pouvez constater que je ne change pas de canne souvent. Quand j’en aime une, je l’utilise et je la garde. Dans ces conditions, mettre un peu plus d’argent pour s’offrir un bel objet ne pose plus vraiment trop de problème … j’ai eu le temps d’économiser et je l’amortis sur 10 ans, au moins !

Mise à jour juin 2014 : Pour la suite de l'article et passer en mode "expert", cliquez sur le lien suivant : Le choix d'une canne au feeder - notions avancées !

JNS
Publié dans le FP n°211